- Humanities blog - https://humanities.blogs.ie.edu -

Feminine Allegories

Arantza de Areilza [1]

Click here to read this post in Spanish [2]

[3]Venus_del_espejo_4 [4]

This weekend a few friends mentioned the tiredness that they felt on the constant drop of doctrinal messages on how should 21st century women ideally act, look and think, and the memory came to me of the allegories of Charles de Baudelaire [5], to be found in his work "The Flowers of Evil [6]", in which he sketches, with a fine and profound stroke, one of the most beautiful portraits of the enduring woman.

Click here to read this poem in English [7]

"C’est une femme belle et de riche encolure,
Qui laisse dans son vin traîner sa chevelure.
Les griffes de l’amour, les poisons du tripot,
Tout glisse et tout s’émousse au granit de sa peau.
Elle rit à la Mort et nargue la Débauche,
Ces monstres dont la main, qui toujours gratte et fauche,
Dans ses jeux destructeurs a pourtant respecté
De ce corps ferme et droit la rude majesté.
Elle marche en déesse et repose en sultane ;
Elle a dans le plaisir la foi mahométane,
Et dans ses bras ouverts, que remplissent ses seins,
Elle appelle des yeux la race des humains.
Elle croit, elle sait, cette vierge inféconde
Et pourtant nécessaire à la marche du monde,
Que la beauté du corps est un sublime don
Qui de toute infamie arrache le pardon.
Elle ignore l’Enfer comme le Purgatoire,
Et quand l’heure viendra d’entrer dans la Nuit noire,
Elle regardera la face de la Mort,
Ainsi qu’un nouveau-né, — sans haine et sans remord."

–Charles Baudelaire – Allégorie