20
Nov

Salvador Dalí dans le Centre Pompidou

Written on November 20, 2012 by Administrador de IE Blogs in Arts & Cultures & Societies

Le Centre Pompidou rend hommage à l’une des figures magistrales les plus complexes et prolifiques de l’art du 20e siècle, Salvador Dalí, plus de trente ans après la rétrospective que l’institution lui avait consacrée en 1979-1980. Souvent dénoncé pour son cabotinage, son goût de l’argent et ses prises de positions politiques provocatrices, Dalí est à la fois l’un des artistes les plus controversés et les plus populaires. C’est toute la force de son œuvre et toute la part qu’y tient sa personnalité, dans ses traits de génie comme dans ses outrances, que cette exposition sans précédent veut aussi éclairer.

Parmi les chefs-d’œuvre exposés, les visiteurs redécouvriront quelques-unes des plus grandes icônes, à l’exemple du plus célèbre tableau de l’artiste, La Persistance de la mémoire, plus communément appelé Les Montres molles. Ce prêt exceptionnel du MoMA rejoint un choix d’œuvres majeures réunies pour cette rétrospective grâce à une étroite collaboration nouée avec le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, de Madrid, et la participation conjointe de la Fundació Dalí à Figueres et du Dalí Museum à Saint-Petersburg (Floride). Avec plus de deux cents peintures, sculptures, dessins, auxquels s’ajoutent des films, extraits d’émissions et photographies, c’est aussi l’œuvre du pionnier du « happening », auteur d’œuvres éphémères qui est aujourd’hui exposé. Michel Déon, qui avait traduit les écrits de Dalí, souhaitait qu’on juge l’artiste sur son œuvre. C’est toute l’ambition de cette exposition. Déon souhaitait qu’il abandonnât ses « clowneries » : l’exposition au contraire montre qu’elles étaient le fait d’un artiste « performeur » avisé, précurseur, et plein d’humour. Dalí aimait mêler l’art et la science, sa fameuse méthode paranoïaque-critique fondée sur le délire d’interprétation prétendait se saisir de tous les domaines de la création comme de la connaissance, afin de « daliniser » le monde. Ce grand manipulateur de média considérait l’art comme un fait global de communication. Sous toutes ses facettes, Dalí interrogeait la figure (persona) de l’artiste face à la tradition et au monde.

Continuer à lire dans Le Parisien

Comments

rabaty August 31, 2013 - 3:52 pm

Recommeneded website…

below you’ll find the link to some sites that we think you should visit…

rabaty September 1, 2013 - 12:16 am

Recommeneded websites…

Here you’ll find some sites that we think you’ll appreciate, just click the links over…

Leave a Comment

*

We use both our own and third-party cookies to enhance our services and to offer you the content that most suits your preferences by analysing your browsing habits. Your continued use of the site means that you accept these cookies. You may change your settings and obtain more information here. Accept