11
Jul

Roland Petit, un aristocrate du ballet

Written on July 11, 2011 by Banafsheh Farhangmehr in Arts & Cultures & Societies

Le chorégraphe et danseur, créateur des Ballets de Marseille, s’est éteint dimanche matin à l’âge de 87 ans. Une leucémie l’a foudroyé en quelques jours alors qu’il se trouvait chez lui, à Genève.

Quand je vois des danseurs qui, à 45 ans, se mettent à la chorégraphie parce qu’ils arrêtent de danser, j’ai envie de leur dire : «Mes chéris, si Mozart avait commencé à faire du piano à 45 ans, on aurait été bien embêtés : il est mort à 38 !», disait Roland Petit. À elle seule, cette pirouette résume tout le chorégraphe : humour, sens du récit et un goût immodéré pour le devant de la scène : «Je peux prendre mon pied en dansant tout seul, mais la scène ajoute le silence pendant et les applaudissements après.»

Un talent précoce. La danse, Roland Petit la découvre à Villemonble où il danse très sérieusement dès que la fanfare sort ses cuivres. Il n’a pas 4 ans. Le départ pour les Halles de Paris où son père ouvre une brasserie, Au Massif Central, n’y change rien. En vain ses parents l’envoient-ils oublier l’entrechat deux ans en pension chez les frères de Saint-Nicolas d’Igny : «J’avais vu tous les films de Fred Astaire, alors vous comprenez  !», disait-il. De guerre lasse, son père l’inscrit au concours d’entrée du Ballet de l’Opéra de Paris : son fils sera danseur s’il arrive dans les trois premiers. Roland arrive second. Lifar le trouve grand, crée des rôles pour lui, mais Roland a d’autres appétits. À 16 ans, en 1940, il signe sa première chorégraphie, une pièce pour sa camarade Janine Charrat. Elle est connue pour avoir joué dans le film La Mort du cygne, et lui, déjà, trouve son inspiration dans l’éclat des étoiles. Ses parents désormais ne jurent que par la danse : Edmond, son père, met de sa poche pour payer l’orchestre Salle Pleyel. Et convie, comme le public est rare, tous les bouchers et maraîchers des Halles, qui lui font une ovation. Sa mère, Rose Repetto, ouvre, rue de la Paix, la fameuse maison de chaussons qui porte encore son nom.

Continuer á lire Le Figaro

Comments

garlic July 18, 2011 - 6:42 pm

ilove this figure. nice information for me.
sony ericsson

Super Football July 18, 2011 - 6:47 pm

Thanks for sharing your information I like it very much….Hopefully, You can produces many articles next future…<a href="http://superfootball.info

Super Football July 18, 2011 - 6:54 pm

Thanks for sharing your information… I like it very much indeed…superfootballnews

Leave a Comment

*

We use both our own and third-party cookies to enhance our services and to offer you the content that most suits your preferences by analysing your browsing habits. Your continued use of the site means that you accept these cookies. You may change your settings and obtain more information here. Accept